l art du doute

douteL’ART DU DOUTE ET LA CREATIVITE

 

« Le doute est un hommage rendu à l’espoir » (Lautréamont)

 

« S’il n’est pas capable de douter, le patron peut devenir un danger pour l’entreprise.

 

C’est l’affirmation de plus des deux tiers (71%) des dirigeants d’entreprise interrogés dans cette étude. Plus encore, le doute constitue un outil primordial. »

 

(CEO-REPORT, « Le temps » 2015  enquête auprès de 150 dirigeants)

 

 

Ce sujet semble un sujet tabou, parce qu’il va à l’encontre de l’image de l’entrepreneur sûr de lui, conquérant, tout en certitude.

 

Mais, révélation, on enseigne même l’art du doute à Nice : la zététique ! (Henri Broch, physicien, qui a créé en 1993 à l'Université Nice Sophia Antipolis le premier enseignement universitaire de Zététique).

 

Ce mot, qui avait disparu, vient du grec zêtêin, «qui aime chercher », ou «qui recherche», qui refuse toute affirmation dogmatique.

 

« La réalité est souvent le consensus qu’un groupe social attribue à un ensemble de pensées et à une interprétation de l’environnement qui l’entoure ».

Souvent, on préfère avoir tort et rester dans le groupe, plutôt que d’avoir raison et sortir du groupe.

 

La rationalité (le refus de s’intéresser aux problèmes mal posés) et la créativité reposent sur le doute et la dissidence, sur la remise en cause des convictions du courant dominant.

 

« Douter et désobéir consistent à remettre en question les pensées acquises, à les modifier  en ajoutant, soustrayant ou combinant de façon différente d’autres pensées, ce qui exige d’importants efforts cognitifs. » (JP Aubin).

En pensant en dehors du cadre, en créant des diversités d’intelligences et de profils (regards différenciés sur les questions posées), et en acceptant les échecs ou les erreurs, on peut alors générer de la créativité, mais surtout des solutions innovantes, c’est-à-dire engendrant de la valeur ajoutée réelle pour l’entreprise.

 

L’innovation est un processus de coopération sociale et d’intéressement au cœur de l’entreprise : c’est l’affaire de tous et le conseil vous aide à l’instaurer.

 

La zététique : un procédé pour sortir des « prêts à penser », des outils de créativité, un préalable à la décision ou au choix. L’esprit critique n’est pas une arme de dénigrement, c’est un ensemble d’outils d’auto-défense intellectuelle (exemples : confusion faite entre corrélation et causalité ; une proposition est scientifique si et seulement si elle est réfutable ; un témoignage n’est pas une preuve…).

 

«Le doute, comme un questionnement permanent de l’œuvre en gestation, l’impérieuse nécessité d’avancer, comme l’évidence que son chemin est dans la création : voilà peut-être le fragile équilibre dans lequel se débattent ceux qui ont l’audace d’espérer tracer quelques signes dans la mémoire des hommes. » Laurent Petitgirard

 

 

 

Jean Michel VOLA
Pilot SI - Administrateur CPC Provence

 

 

 

 

 

 

 

Retour à la lecture de Entreprise Puissance Conseil n°3

 
Dernière modification : 30/06/2016